AccueilsécuritéLe cheikh de Dubaï utilise le logiciel espion Pegasus du groupe NSO pour ...

Dubai Sheikh utilise le logiciel espion Pegasus de NSO Group pour pirater son ex-femme

Dubai Sheikh utilise le logiciel espion Pegasus de NSO Group pour pirater son ex-femme Le gouverneur de Dubaï et vice-président des Emirats arabes unis, Cheikh Mohammed bin Rashid al Maktoum, a ordonné le piratage des téléphones de son ex-femme et de ses avocats dans le cadre d'une "campagne d'intimidation et de menaces en cours" entre eux. garde de leurs enfants, a statué aujourd'hui la Cour suprême d'Angleterre.

Voir également: Le spyware Pegasus frappe à nouveau : Mettez à jour iPhone, Mac, Apple Watch !

Le cheikh de Dubaï Pegasus spyware NSO Group
Dubai Sheikh utilise le logiciel espion Pegasus de NSO Group pour pirater son ex-femme

Selon la décision, al-Maktoum a utilisé le Logiciel espion Pegasus développé par la société israélienne NSO pirater les téléphones de la princesse Haya Bid al-Hussein et de certains de ses associés. Haya est la demi-sœur du roi Abdallah de Jordanie.

Des personnes travaillant pour le cheikh ont également tenté d'acheter une villa juste à côté de celle de la princesse, près de la capitale britannique, le tribunal ayant statué qu'il s'agissait d'un acte "intimidant" qui la faisait se sentir persécutée, en insécurité et qu'"il ne peut plus respirer."

Voir également: Votre iPhone est-il à l'abri des logiciels espions Pegasus ?

Il y a dix-neuf mois, le même tribunal a statué qu'al-Maktoum avait enlevé deux de ses filles, les avait maltraitées et détenues contre leur gré.

"Les conclusions sont un abus de confiance total et même un abus de pouvoir important" Le juge Andrew McFarlane, chef de la division des affaires familiales pour l'Angleterre et le Pays de Galles, a déclaré dans la décision.

Le cheikh de Dubaï Pegasus spyware NSO Group
Cheikh de Dubaï

Le cheikh a rejeté les conclusions du tribunal, arguant qu'elles étaient basées sur une image incomplète. "J'ai toujours nié les allégations portées contre moi et je continue de les rejeter. De plus, ces conclusions étaient fondées sur des preuves qui ne m'ont pas été divulguées ni à mes conseillers. "Par conséquent, j'insiste sur le fait qu'ils ont été exportés injustement", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Voir également: Logiciel espion Pegasus : utilisé pour pirater les journalistes mobiles et d'autres cibles

Le cheikh Mohammed, 72 ans, et la princesse Haya, 47 ans, sont mêlés à un différend long, amer et coûteux sur la garde de leurs enfants depuis qu'elle a quitté la Grande-Bretagne avec deux d'entre eux, Jalila, 13 ans, et Zayed, 9 ans. Haya dit qu'elle craignait pour sa sécurité car elle soupçonnait qu'elle avait eu une liaison avec l'un de ses gardes du corps britanniques.

Parmi les personnes ciblées par les pirates se trouvait Fiona Sackleton, l'avocate de Haya et membre de la Chambre des Lords. Sackleton avait représenté le prince Charles, l'héritier du trône britannique, lors de son divorce avec sa première épouse, la défunte princesse Diana.

Voir également: Des certificats de vaccination contrefaits à partir de 250 euros sur le Dark Web

Le logiciel espion "Pegasus" a violé les iPhones des journalistes!
Cheikh de Dubaï : Pegasus spyware NSO Group

Le procès a été déposé en août de l'année dernière, lorsque Sackleton a été informé par Cherry Blair, l'épouse de l'ancien Premier ministre britannique Tony Blair, qu'elle et son client étaient surveillés. Cherry Blair est également avocate et a travaillé comme consultante externe pour NSO.

Dans le même temps, un cyberexpert de l'observatoire en ligne Citizen Lab de l'Université de Toronto a également informé les avocats de Haya après avoir détecté le piratage.

Voir également: Explorateur de fichiers Windows 11 : corriger l'erreur d'utilisation élevée de la mémoire ?

Les avocats de la princesse ont déclaré qu'après la révélation du piratage, l'ONS avait suspendu son contrat avec les Émirats arabes unis. La société israélienne a déclaré qu'elle n'était pas en mesure de commenter l'affaire, mais qu'elle prendrait des mesures si elle apprenait que le programme Pegasus faisait l'objet d'abus.

Sackleton et Blair ont également refusé de commenter.

Le cheikh de Dubaï utilise le logiciel espion Pegasus de NSO Group pour pirater la candidature de la princesse Haya à al-Hussein

Cheikh al-Maktoum est considéré comme le visionnaire derrière l'émergence de Dubaï en tant que plaque tournante du commerce mondial. Rien n'indique que la décision de justice de l'année dernière lui ait porté préjudice personnellement ou aux Émirats arabes unis. En fait, le mois dernier, la Grande-Bretagne et les Émirats arabes unis ont annoncé un « partenariat ambitieux pour l'avenir » de plusieurs milliards de dollars, commercial et d'investissement.

Les frais de justice de la « bataille » des deux ex-conjoints s'élèvent à des millions de livres. Le tribunal a appris que le coût d'un seul appel atteignait 2,5 millions de yens.

Voir également: Évolution de l'iPhone : comment nous sommes arrivés au nouvel iPhone 13

Le cheikh, qui est le vice-président et premier ministre des Émirats arabes unis, a initialement demandé le renvoi de ses enfants à Dubaï, mais les tribunaux britanniques ne l'ont pas confirmé à ce jour. McFarlane, dans sa décision d'aujourd'hui, a statué que les enfants devraient vivre avec leur mère.

Dans une autre décision, rendue en mars dernier, le juge a statué qu'al-Maktoum avait mis Haya dans une "campagne d'intimidation" qui l'a laissée craindre pour sa vie. Il a également conclu qu'en 2000, le cheikh avait pris des dispositions pour que sa fille Samsa, alors âgée de 18 ans, soit enlevée dans les rues de Cambridge et ramenée à Dubaï.

Il a également jugé qu'en 2018, le cheikh avait réussi à enlever la sœur cadette de Samsa, Latifa, d'un bateau naviguant dans les eaux internationales au large de l'Inde et à la transporter dans l'émirat. Les conclusions n'équivalent pas à la preuve d'une infraction pénale commise par le père mais montrent qu'al-Maktoum "qui est le chef du gouvernement des Émirats arabes unis est prêt à utiliser la main de l'État pour réaliser ce qu'il considère juste", a-t-il déclaré. . "Elle a été harcelée et intimidée par sa mère avant et après son départ pour l'Angleterre. "Il est prêt à permettre à ceux qui agissent en son nom de le faire illégalement au Royaume-Uni."

Source: protothema.gr

spot_img

NOUVELLES EN DIRECT